@xé libre > Côté Jardin >


Commenter, partager, conserver... :        Commenter     Flux RSS Envoyer Imprimer     Réduire le texte   Agrandir le texte     Partager sur Facebook   Partager sur MySpace !      

Une exposition de 44 photos prises dans 23 quartiers de Tokyo par Ken-Ichiro Suzuki pour découvrir cette ville au travers d'un prisme. Loin des images préconçue et des clichés, il nous montre un "anywere", comme un lieu commun semblable à n'importe quel autre ailleurs...

   

NOWHERE IN TOKYO
l'autre ville (de Tokyo)

Exposition au musée Juan Barjola jusqu'au 16/7

C/Trinidad, 17. Gijón, Espagne

 


Pas de gratte-ciels sophistiqués, pas d'urbanisme futuriste, pas de marée humaine dans les rues remplies de panneaux lumineux... tout ça appartient à un autre Tokyo. Suzuki nous construit ici - il est architecte - une ville sur mesure. A l'aide d'une camera analogique 4 x 5 il aime choisir des endroits "ordinaires", semblables - mais particulier - à d'autres "ailleurs" : ruelles étroites, vieilles maisons ou entrepôts aux portes rouillées, délabrées...

 

Quelque principes pratiques donnés par Ken-Ichiro Suzuki, pour la construction d'une ville "anywhere" dans la ville :
1. Recréer un espace familial particulier par son angle de prise de vue.
2. Percevoir la ville en se mettant à la place d'un étranger.
3. Se répéter et s'imiter constamment.
4. Agir comme un filtre déformant.
5. Former un prisme homogène par la succession des images.

Pour ce jeune architecte et photographe, né à Kamamura en 1972, résidant, un temps à New York, l'essence d'une ville réside dans sa diversité. Mais ce qu'on découvre et ce qui agit à Tokyo c'est ce qu'il appelle une patternized diversity, c'est-à-dire, une diversité réglée. C'est cette constatation qui l'a conduit à réaliser cette série, Nowhere in Tokyo, élaborée sur plusieurs années. A l'aide d'une camera analogique - pour ressentir physiquement, on pourrait dire "mécaniquement", la répétition des prises de vues - il marque, d'une même tension, chaque nouvel apport à la / sa ville.
Son travail ne cherche donc pas une contradiction ou opposition entre une réalité et une autre bien hypothétique de la même métropole. Seule une vision, opposée, certes, à celle qu'on a assimilée au préalable dans notre tête, imposée, inoculée subrepticement dans le cerveau. Laquelle est, donc, plus réelle?

Dans la langue japonaise le mot "urbanisme" n'existe pas car le concept, est une adquisition récente. Les espaces sont disposés en parcelles irrégulières suivant quelques normatives.
Le résultat est un ensemble assez caotique, mais adapté à l'environement d'une manière fortuite, "Arare"(casuel) en japonais.

L'exposition est disposé un peu de cette forme, sans signaletique, sans codes, très peu de texto, en libre interpretation, laissant la possibilité de choisir par où commencer, suggérant les lieux posibles de flanêrie, offrant les pièces très similaires d'un drôle de puzzle.

Pilar Friera
Madrid, juillet 2006

 

Ken-Ichiro Suzuki obtient sa licence d'architecture en 1998, à l'université de Kyoto. Son travail d'investigation a comme titre  L'allégorie comme Imagination Architecturale : à travers de Benjamin et Piranesi. Après son travail en free-lance, il commence à photographier la série "nowhere in..." en 2002, matérialisation de l'intérêt qu'il a pour l'espace et la représentation. Actuellement, il travaille pour Kohn Pedersen Fox Associates à New York et prépare une prochaine exposition sur cette ville.

   
 

LES NEWS

PARTENARIAT

IMAGES ALEATOIRES

PUB