plan du site | forum | information | publicité | web design| annuaire | partenaires | on parle de nouscontact

 
 

Imprimer     Agrandir

Librairie 

Les cahiers de Colette

Interview de Colette Kerber

Ouverte depuis janvier 1986, la librairie Les Cahiers de Colette est un passage obligé pour les fondus de fiction. Située à deux pas de Beaubourg, cette librairie généraliste est en effet surtout axée sur la littérature. Entre deux tables de nouveautés, Colette Kerber, tout sourire, nous parle de son métier, du livre face aux nouvelles technologies, de la dernière rentrée. Portrait.

Quelle est votre parcours, pourquoi êtes-vous devenue libraire ?

On aime les livres, on aime surtout véhiculer la culture. Ce qui nous plaît dans ce métier c'est d'être passeur de livres, passeur de textes. C'est surtout ça qui me motive vraiment.

Sinon, avant, que faisiez-vous ?

J'avais une galerie d'art. C'était aussi quelque part pour ce côté passeur.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaiterait ouvrir sa librairie ?

Je lui dirais d'abord de se mettre dans un quartier passant et vivant, évidemment de ne pas se mettre dans un quartier reculé, d'avoir le sens du contact, lier à la fois les lecteurs et les textes. Les écrivains, ce n'est pas une obligation de les aimer, mais ce qu'ils écrivent, ça c'est important !

Quelle est votre clientèle ?

Plutôt intello, plutôt pointue.

C'est vrai que le Centre Pompidou est à deux pas…

Oui, le Centre Pompidou, le musée Picasso, et il y a aussi beaucoup d'écrivains qui n'habitent pas très loin. C'est un quartier central, mais le dimanche après-midi, on ouvre, et la clientèle se fait beaucoup plus large, des gens qui se promènent souvent : la place des Vosges, etc. Donc, le dimanche après-midi, on a une clientèle plus variée.

En tant que libraire, quel regard portez-vous sur les nouvelles technologies ? Pensez-vous qu'elles pourront inciter les gens à en lire plus ?

Concernant Internet… j'ai pris Internet pour le côté pratique : faire mes mailings par mails, ça va carrément plus vite et c'est beaucoup moins cher ! Autrement, je pense que l'e-book pour l'instant n'est pas du tout au point. J'avais été interviewée à ce sujet ; j'avais même dû être une des premières à le manipuler. Bon, peut-être qu'il peut présenter une utilité pour l'édition scientifique ou technique, mais pour l'instant je n'y crois pas du tout.Le commerce en ligne, lui, est valable pour les coins reculés et, à Paris, pour les gens qui ne peuvent pas se déplacer.[En ce qui concerne les critiques de livres sur le net] : je pense que même si on y a lu la critique sur un livre, les gens vont voir autre chose en librairie : ils vont prendre ce livre qu'ils auront vu, plus un autre. Et je pense que les lecteurs ont besoin de flâner, sentir l'odeur. Mais ces articles peuvent inciter à lire et inciter à venir en librairie.

J'ai vu que vous aviez un e-mail (je l'ai d'ailleurs utilisé pour vous contacter), mais d'après ce que vous venez de dire, vous n'avez donc pas l'intention de vendre un jour vos livres par le biais d'Internet ?

Non. Finalement, je me demande qui visite ces sites : on perd beaucoup de temps si on veut tout faire. Je n'ai pas le temps de tout faire, je préfère prendre le temps d'ouvrir un livre et de regarder les informations. C'est important de voir le texte, de voir ce qu'il y a dans le texte. Mais je pense qu'il y a encore pas mal de temps avant que les gens commencent vraiment à le faire, mais je suis vigilante : je suis équipée pour pouvoir le faire si cela devient une " obligation " ; je peux être opérationnelle en deux mois !

Quels sont les aspects de votre métier qui vous plaisent et vous déplaisent le plus ? Les aspects qui me plaisent ?

Les nouveautés : pouvoir les lire ; toujours une excitation quand on les reçoit : fin novembre, janvier et mai, quand je reçois la rentrée.Ce qui me déplaît le plus justement, c'est d'être toujours projetée et décalée dans le présent. Là, je fais déjà les programmes de mars. Je suis toujours trop " courte " et cela devient finalement assez déroutant de ne plus savoir quand on est et quand on vit. C'est cette sorte de fuite en avant…perdre le contact, le sens réel du temps.

Sinon, j'ai remarqué que vous faisiez beaucoup de rencontres d'auteurs.

Oui, j'en fais et j'aime beaucoup ça. Je ne sais pas si c'est à cause du 11 septembre, mais les rencontres du dernier trimestre 2001 n'ont pas été très dynamiques. Ou alors c'est moi qui étais fatiguée. J'ai trouvé qu'il y avait quelque chose qui manquait… Mais j'ai décidé que pour 2002, j'allais secouer tout ça !!

Quels livres vous ont plus dernièrement ?

Le choc ça a été Chloé Delaume. Je m'en souviens très bien, c'était au tout début des vacances. Je m'étais dit : " je vais le feuilleter et me reposer ", et en fait, je ne me suis pas du tout reposée puisque je n'ai pas pu le lâcher ! D'ailleurs, je l'ai donné à une dame (que j'avais repérée comme étant une littéraire) à l'hôtel où je me trouvais. Je lui ai dit : " Ca, il faut que vous le lisiez ".Quand je l'ai lu, je ne savais pas si c'était un récit autobiographique ou une fiction, mais ça n'avait aucune importance - pas pour elle bien sûr ! - pour le lecteur. 

Lucie Lesvenan

  Aux Cahiers de Colette
23-25, rue Rambuteau - 75004 PARIS
01 42 72 95 06   cahiersdecolette@wanadoo.fr
environ 12 000 titres - surface de 60m² -3 salariés
carte de fidélité : 5% au 6e achat.
Horaires : 10h - 19h45
Dimanche : - 13h / 15h30 - 19hLundi : 12h - 19h30


Warning: include(../essai/inscription_livres.htm) [function.include]: failed to open stream: No such file or directory in /home/axelibre/www/livres/footer_court.php on line 2

Warning: include() [function.include]: Failed opening '../essai/inscription_livres.htm' for inclusion (include_path='.:/usr/local/php5.3/lib/php') in /home/axelibre/www/livres/footer_court.php on line 2

 

 
 

copyright© 1999 - 2006 - @xé libre / Open Yür Mind (association loi 1901)

 Bureau : 21 avenue Secrétan - 75019 PARIS