> > Open Yür Mind > @xé libre


Commenter, partager, conserver... :        Commenter     Flux RSS Envoyer Imprimer     Réduire le texte   Agrandir le texte     Partager sur Facebook   Partager sur MySpace !      

Mercredi 17 août, nous décidons donc de quitter Sarajevo pour une petite expédition à travers l'Herzégovine jusqu'à Dubrovnik. 
Après une escale à Mostar, puis aux sources de Vrelo Bune, nous nous enfonçons dans l'Herzégovine profonde avec ses majestueuses montagnes calcaires et sa végétation très méditerranéenne. Puis, au détour d'une vallée, la frontière bosno-croate apparaît. Nous voulions à tout prix arriver à temps sur la route qui surplombe Dubrovnik pour y admirer le coucher du soleil sur la ville. Mais il est déjà 19h30. Les douaniers ne sont pas pressés, beaucoup des passants sont des habitués et l'on aime à discuter... Elo sort alors de la voiture pour prendre des photos de la baie de Cavtat mais se fait remettre à l'ordre par l'un des policiers. L'ambiance est quelque peu tendue ; mais les policiers nous laissent tout de même passer sans trop de problème. Nous filons jusqu'au mini parking prévu pour pouvoir admirer le panorama : la vieille ville de Dubrovnik perchée sur sa presqu'île était là devant nous...

 

La tombée de la nuit avait également une signification plus pratique dont nous nous étions guère souciés. Il nous fallait un endroit où dormir… ! Or, le moyen le plus économique dans ces pays restant encore le logement chez l’habitant, nous doutions de trouver dans la rue ces dames accostant les touristes. Vous les verrez le plus souvent à la sortie des gares ferroviaires ou au sortir des stations de bus apalguant tous les étrangers, leur proposant une « soba ». Mais en cette heure tardive et surtout en cette période estivale, nos chances étaient plutôt réduites ! Effectivement, personne en vue ; surtout que nous ne savions pas vraiment où chercher, les derniers trains ou bus étaient déjà arrivés… Office du tourisme officiel et officieux fermés… Et le coût des seules chambres disponibles dans les hôtels était trop élevé pour notre piti budget ;)

Heureusement, alors que nous demandions à tout hasard dans une agence de consigne de bagages, la charmante jeune fille qui y  travaillait  nous trouva une femme ayant encore une chambre libre. Nous attendons alors notre hôte pendant près de 20 minutes… Enfin, elle nous conduit dans sa maison sur les hauteurs de la ville. Et pour le coup, ce fut vraiment à prendre au sens littéral : Dubrovnik étant perchée à flancs de montagnes dominant l’Adriatique. Sa topographie est très verticale. Déjà à Sarajevo, nous nous étions habitués à ces rues assez raides avec peu de virages. Mais, là, c’est quasi à la verticale ! Heureusement que nous avions loué une voiture avec une bonne reprise car c’était une conduite sportive.
Bref, nous arrivons effectivement dans une bien belle demeure surplombant la ville. Nous nous installons, prenons une douche bien méritée, nous reposons rapidement sur le balcon et réalisons qu’il est déjà temps de repartir si nous voulons manger un morceau en ville. Nous décidons de partir à pied ; mais il s’agit de bien retenir l’itinéraire car notre gîte est bien caché. Nous espérions trouver un petit restaurant sur la route menant à la vieille ville. Mais là encore un oubli : nous n’avions que des euros, qui ne seraient acceptés que dans les commerces de la vieille ville… Après 15 bonnes minutes de marche, nous apercevons les imposantes murailles de la Stari Grad, majestueuses... Nous nous laissons tenter à prendre quelques photos, mais réalisons qu'il est déjà tard, certains restaurants ne servent plus. Nous nous posons finalement dans une basique pizzeria.

Après avoir repris nos forces, nous entreprenons une petite escale-photo dans la Stari Grad qui s’était un peu vidée de ses touristes. Cette partie intra-muros est complètement piétonne, seule une petite partie de la vieille ville, dont la strata centrale, est à plat. Les petites ruelles en escalier se faufilent entre les immeubles à la pierre ocre… Les constructions sont tellement proches que les habitants tendent des cordes d'une fenêtre à l'autre pour y étendre leur linge, donnant un cachet particulier. Et les nombreuses églises contribuent également à la singuliarité de l'endroit.

Et puis Pat découvre cette petite porte donnant sur l'extérieur des remparts, nous offrant l'Adriatique qui reflétait la lune. Un endroit magique que l'on découvre souvent par hasard, par curiosité en se baladant dans la vieille ville. On tombe sur cette porte en traversant les remparts et on arrive sur une plate forme aménagée pour la baignade. Enfin, en cette période estivale, la terrasse de café avait été réaménagée, à mon grand désespoir... L'activité touristique avait vraiment envahi la ville,

On the road again...

 

Pour en savoir plus sur l'histoire de la Croatie...

Elo'n'Pat

  Voir le diaporama

  Visiter le site d'Elo B

  Retour au carnet de route

  Réagir à l'article dans le forum


LES NEWS

PARTENARIAT

IMAGES ALEATOIRES

PUB