> > Open Yür Mind > @xé libre


Commenter, partager, conserver... :        Commenter     Flux RSS Envoyer Imprimer     Réduire le texte   Agrandir le texte     Partager sur Facebook   Partager sur MySpace !      

PARIS

La Butte Beauregard ; 

un village dans la ville

Paris l'été, ou la densité urbaine pesante face à la chaleur estivale. Au cœur de la ville qui étouffe un peu la belle saison revenue, le citadin se prend parfois à désirer le calme, les couleurs, la verdure des lieux champêtres. Qu'il prenne alors son bâton de pélerin, et sorte des fameux sentiers "rebattus" de la capitale. Il découvre ainsi que la ville lumière, au delà de ses hauts lieux caricaturés, abrite toujours en son sein des petits bouts d'éternité, des lieux épargnés par le temps. C'est le cas de la butte Beauregard, havre de paix, véritable morceau de "village" en plein Paris.

Situé dans le 19e arrondissement, près du très anglais parc des Buttes Chaumonts, ce quartier est délimité par les rues de Compans, de Bellevue, des Lilas, et la rue David d'Angers. Enserrées dans ce quadrilatère irrégulier se dessinent vingt-quatre villas. Ce sont de petites rues piétonnes bordées de pavillons, nichés dans des jardins foisonnant d'arbres et de plantes grimpantes. Toute l'originalité du quartier tient à ses constructions, ainsi qu'aux rues escarpées qui le composent. Il faut chercher dans l'histoire du lieu la singularité de ce qui ressemble aujourd'hui à une cité haut perchée.

La butte était située sur le territoire de la commune de Belleville, annéxée en 1860 par Paris lors de la création des vingt arrondissements. A cette époque, l'endroit est connu sous le nom de carrières d'Amérique, exploitées pour leurs gisements de gypse transformé en plâtre. En 1871, après la Commune qui a ensanglanté le Belleville ouvrier très impliqué dans les évènements, les carrières épuisées forment une zone chaotique, truffée de galeries souterraines, blanchie par les vapeurs de plâtre. Sur cette friche, le propriètaire du domaine installe le nouveau Marché aux Chevaux et Fourrages, qui trop éloigné du centre-ville, fait faillite en 1879, un an après son ouverture. Malgré cet échec, les carrières sont comblées, le sol nivelé. En outre sont ouvertes la rue de Mouza´a en 1875, la Place du Danube, les rues du Général Brunet et David d'Angers en 1877. Le canevas du quartier est en place pour les développements ultérieurs.

Rachetés par des investisseurs privés, les 25 hectares du site sont en partie divisés en lotissements pour la construction de logements. Mais les prix très attractifs ne séduisent pas la clientèle qui hésite à faire contruire sur des terrains réputés fragiles. Ce n'est qu'en 1881 que les premières villas voient timidement le jour comme celles de Bellevue, des Fleurs (aujourd'hui Emile Loubet), ou des Lilas. Pour le centenaire de la révolution sont ouvertes des rues estampillées du sceau républicain : rues de la Liberté, de la Fraternité, de l'Egalité, de la Solidarité, villa du Progrès, de la Renaissance, rue Miguel Hidalgo (héros de l'indépendance mexicaine). 

Cependant, ces artères servent pendant longtemps encore de pâturages aux chèvres et aux vaches. En réalité, l'urbanisation du quartier reste modérée avant la première guerre mondiale. La mauvaise réputation de Belleville et de sa population ouvrière, n'attirent guère que quelques artistes, portes, ou bourgeois progressistes. Malgré l'ouverture de deux lignes de métro en 1903 et 1908 qui désenclavent l'arrondissement, ce n'est que dans l'entre-deux guerre avec la crise du logement, que le rythme d'urbanisation s'accélère. 

L'aménagement en lotissements vendus un à un est la cause de l'hétérogénéité architecturale du lieu. Contruites au coup par coup, les maisons ont des styles très différents. Le prix très abordable des terrains attira autant les ouvriers aisés que les classes bourgeoises. Ce qui explique la présence de pavillons exig³s et de demeures plus cossues sur des lots de surfaces différentes. Les parcelles les plus grandes se trouvent dans les villas de part et d'autre des rues Miguel Hidalgo et du Général Brunet. On y trouve les maisons les plus riches architecturalement. Indépendantes les unes des autres, celles de la villa de Cronstadt ou de la villa des Boers, ont pour la plupart un étage dans un style français épuré, avec des façades blanches à fines moulures, simples mais élégantes. De l'autre cîté de la rue, les villas Laforgue, Verlaine ou Claude Monet, possèdent quant à elles de massifs pavillons au style éclectique, que leurs façades de briques et de ciment placent sans hésitation  dans les années 1920-30.

Il faut garder le regard attentif, le hasard de la promenade ménageant de belles surprises. Une construction banale, rue la Fraternité, porte néanmoins une très belle enseigne de boucherie en céramique, dans le plus pur style Art Nouveau. Au milieu de ces réalisations qui rappelent pour beaucoup les banlieues parisiennes avec l'emploi de pierre meulière, la marquise au dessus d'une porte d'entrée munie d'une grille de fonte moulée, se trouvent des maisons remarquables. Dans la villa d'Hauterive, on a un bel exemple d'architecture Art Déco des années 1930. Habitation en béton d'un étage au crépi crème, elle dispose d'un balcon enveloppant, et ses parties supérieures sont ornées de fresques en ronde-bosse typiques de l'époque. Dans la même mouvance, la rue de l'Egalité abrite une haute maison de béton crépi de vert sapin (voir photo). Par un jeu de contraste sur les volumes,  les ouvertures disproportionnées sont très étroites et peintes en blanc cassé. Enfin, suivant une mode très en vogue alors, le toit en partie plat est habillé d'un abri de poutres de bois blanches, destinées à être recouvertes de végétation.

Donnant sur la rue du Général Brunet, le hameau du Danube datant de 1923-24, malheureusement privé et donc fermé au public, offre un plan semi-circulaire. Il possède des maisons de briques et béton, pourvues de toits aux multiples décrochés, caractéristiques du début des années 1920. Les villas qui relient les rues de Mouzaïa et de Bellevue, ont les parcelles les plus petites, sur lesquelles sont construites des maisons destinées à l'origine à des familles d'ouvriers qualifiés. Ces maisons accolées donnent par leurs dimensions un cîté beaucoup plus populaire au quartier. Du bas de ces villas étroites où arbustes et plantes se disputent l'espace, le contraste avec les tours hideuses de la Place des Fêtes est saisissant. Et le promeneur de penser à ce qu'il aurait pu advenir si les promoteurs avaient eu les mêmes opportunités pour saccager cette butte!

Par bonheur, le quartier des villas a conservé un charme provincial qui, le temps d'une visite, fait oublier Paris au visiteur. Au delà de l'architecture, témoin d'une époque, c'est la végétation très abondante à cette période de l'année, masquant en partie les maisons, qui lui donne une note quasi-rurale. Ses petites rues pavées, ses réverbères 19e siècle à peine plus hauts qu'un homme, invitent à se perdre et à respirer la quiétude du lieu. Flâner un moment de villa en villa, goûter leur singularité, est un passage obligé pour qui veut voir la ville sous un autre angle. Beauregard est assurément un Paris différent, comme il en existe encore beaucoup pour qui sait s'attarder. En vous souhaitant de riches découvertes...         

                                                                                              Gunther Ludwig

 

A lire : - Belleville, de Cl. Lépidis. Henri Veyrier ed., 1988

           - Le XIXe arrondissement une cité nouvelle, ss la dir de J.M. Jenn.           Déléguation à l'action artistique de la Ville de Paris, 1996

           - Belleville au XIXe siècle, thèse de G. Jacquement. EHESS ed., 1984

 


LES NEWS

PARTENARIAT

IMAGES ALEATOIRES

PUB