> > Côté Jardin > @xé libre


Commenter, partager, conserver... :        Commenter     Flux RSS Envoyer Imprimer     Réduire le texte   Agrandir le texte     Partager sur Facebook   Partager sur MySpace !      

 

Solidays 2009

Zone érogène de solidarité

Solidays, le festival pas comme les autres organisé comme chaque année par les bénévoles de Solidarité-Sida, aura lieu à l'hipprodrome de Longchamp les 26, 27 et 28 juin 2009.

 
A

vec une programmation très variée comme chaque année, le festival Solidays reste le festival militant en faveur des malades et de leur famille (financement de projets concret en France et à l'international), de la prévention des risques (Parcours "Sex in the City" composés d'expositions et de spectacles rappelant les risques de contamination) et de la dénonciation des injustices de l'accès aux traitements.

Programme de l'édition 2009

- Vendredi 26 juin : Suprême NTM, Groundation, The Dø, Sinsemilia, Stuck in the Sound, Debout sur le Zinc, Sporto Kantès, Hugh Coltman, Tony Allen, Neïmo, Moonraisers, Poni Hoax, Hockey, à suivre…

Nuit du vendredi : Digitalism, Yuksek, South Central, à suivre...

- Samedi 27 juin : Bénabar, Keziah Jones, The Ting Tings, Beat Assailant, The Virgins, Amadou & Mariam, Les Blérots de R.A.V.E.L., La Grande Sophie, Sefyu, La Casa, Yodelice, La Phaze, Stephanie McKay, Late of the Pier, Miss Platnum, Lexicon, Sebastian Sturm, Anthony Joseph & The Spasm Band, à suivre…

Nuit du Samedi : Surkin, Autokratz, Friendly Fires, Beardyman, à suivre…

- Dimanche 28 juin : Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra, Wampas, Puppetmastaz, La Fête à Mouss & Hakim, Alborosie & The Sheng Yeng Clan, Caravan Palace, Pep’s, Naïve New Beaters, John & Jehn, Izia, Che Sudaka, à suivre…



VIH-SIDA : Ne faites plus don de votre corps !

VIH... SIDA... des mots que l’on a tous entendu. Sont-ils devenus si familiers qu’on aurait tendance à banaliser l’épidémie mortelle qui se cache derrière ? Pourquoi ne pas prendre la solution de facilité en optant pour la prévention et éviter de devenir des nids à VIH ? Devenons acteurs de notre sécurité et de ceux que l’on aime. Rappelons-nous qu’il n’y a pas de vaccins contre le VIH, que les TTT ne guérissent pas et que le SIDA TUE. La recherche continu d’avancer pour une meilleure prise en charge des personnes infectées mais le VIH ne facilite pas la tâche de par sa capacité à muter et à devenir résistant aux TTT.

Chiffres : le VIH continu sa conquête de l’Homme.

Le SIDA est parmi nous et tue.

- 1983 : année de l’identification du VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) par une équipe de l’institut Pasteur dirigée par le Pr Luc Montagnier.

- Cible : le SIDA (dernier stade de l’infection au VIH), a tué des femmes, des enfants, des hommes, des homosexuels, des hétérosexuels et des bisexuels. Nous sommes tous concernés !

- A l’échelle mondiale, 2 millions de personnes décédées du sida en 2007. L’Afrique Subsaharienne reste la région la plus touchée avec 67% de toutes les personnes vivant avec le VIH et 75% des décès dus au sida en 2007 (1).

- Les femmes représentent la moitié de toutes les infections à VIH(1) !

- La transmission sexuelle reste le principal mode de transmission de la maladie.

- En France, en 2006, un total de 1 139 décès a été enregistré en France métropolitaine chez des personnes porteuses du VIH(2)

- En France, En 2007, environ 6 500 personnes ont découvert leur séropositivité(3)

- Parmi ces personnes et dont le mode de contamination est connu, 60 % ont été contaminées par rapports hétérosexuels (98 % chez les femmes et 39 % chez les hommes), 38 % par rapports homosexuels et 2 % par usage de drogues injectables (3).

Le VIH, ce pervers

La particularité du virus VIH est là : notre système immunitaire est sa cible ! Il détruit les cellules qui composent notre système de protection et diminue ainsi notre capacité à nous défendre contre les maladies et donc contre lui! C’est en le regardant de plus près que l’on sent la perversité de ce virus…. Une fois présent dans notre organisme, il va se nicher dans les cellules orchestrant notre réponse de défense, les lymphocytes T CD4+. Le virus détourne la machinerie de ces cellules pour se multiplier : ces cellules très importantes pour nos défenses sont alors détruites et libèrent plusieurs virus VIH néoformés qui vont pouvoir à leur tour envahir d’autres CD4+ et ainsi de suite. Mais la perversion ne s’arrête pas là… Il se sert même des cellules immunitaires pour qu’elles se détruisent entre elles : l’accolement d’une cellule infectée à une cellule saine déclenche la destruction de celle-ci par activation de la mort cellulaire.

Mais notre système immunitaire lutte contre le VIH. Nos cellules immunitaires sont capables de détruire le virus et donc de diminuer dans un premier temps sa quantité. Une à 6 semaines après sa contamination, l’organisme présente des symptômes peu spécifiques qui font penser notamment à une grippe ou à une mononucléose. Le VIH entame alors sa phase asymptomatique ou latente qui peut durer selon les individus entre 2 ans et 10 ans. En l’absence de dépistage, une personne infectée (séropositive) peut ainsi contaminer son ou ses partenaires pendant toute cette période d’ignorance de son infection.

Les effets du virus ne se manifestent que lorsque le système immunitaire trop affaibli pour défendre l’organisme, permet à des maladies opportunistes de l’affecter. L’infection VIH est alors au stade de SIDA (Syndrôme d’ImmunoDéficience Acquise) et le patient découvre sa séropositivité alors qu’il a lui le virus depuis des années et l’a propagé lors de rapports sexuels non protégés.

Modes de transmission : Attention il passe par là !

Le virus VIH est présent dans les liquides suivants qui permettent sa transmission d’une personne infectée à une personne saine si l’un des ces liquides rentre en contact avec une blessure ou une muqueuse fragilisée (bouche, vagin, gland, anus etc.) chez cette personne saine qui se fait alors contaminer :

- Le sang (sang des règles, sang à l’accouchement etc.),

- Les secrétions sexuelles (sperme, liquide pré-séminal chez l'homme, secrétions vaginales chez la femme),

- Le lait maternel.

Le VIH passe par là : protégeons-nous !

Contacts sexuels : transmission du VIH par le sperme, liquide pré-séminal, sécrétions vaginales et sang des règles. La règle d’or : le préservatif

Pénétration vaginale et anale : mettre le préservatif masculin ou féminin avant tout contact sexuel avec votre partenaire. Si un lubrifiant (gel) est nécessaire, n’utiliser que des lubrifiants à base d‘eau (pas de gras !).

Fellation (ou pipe) : serait à l’origine de 8% des infections ! Pas de fellation sans préservatif.

Le risque est d’autant plus important que la fellation s’accompagne d’éjaculation dans la bouche. Attention le VIH est également présent dans la sécrétion qui humidifie le gland en érection mais aussi dans les gouttes de spermes qui s’écoulent du pénis avant l’éjaculation.

Cunnilingus (lécher le sexe de la femme) ou anulingus (lécher l’anus de sa ou son partenaire) : le risque de contamination existe. Utiliser une digue dentaire (carré de latex utilisé par les dentistes) ou couper un préservatif masculin dans le sens de la longueur et l’accoler au sexe de la femme.

Sexs toys : contamination possible car sont en contact des muqueuses et des sécrétions sexuelles ou du sang des règles par exemple. Les recouvrir d’un préservatif (utiliser un nouveau préservatif à chaque rapport).

Contact sanguin

Entre une femme enceinte et l’enfant qu’elle porte : l’enjeu est d’éviter la contamination de votre enfant. En l’absence de TTT, le risque de contamination est de 20%. Prenez contact au plus vite avec votre médecin (dépistage précoce chez la mère, suivi et prise en charge médical avec traitement antirétroviral pendant la grossesse, perfusion d'AZT pendant le travail, traitement préventif de l'enfant (6 semaines), etc...

Usagers de drogues : n’utiliser que du matériel d’injection à usage unique (seringue, aiguille) et ne partager ni eau, ni filtre, ni cuillère ou autre ! A chacun son matériel. Pour toute information concernant les drogues, n'oubliez pas que vous pouvez vous faire aider sur le site de Drogue-Info-Services.

Utilisation de matériels tranchant contaminé (acupuncture, piercing etc) : Au préalable renseignez-vous sur l’hygiène des établissements (matériel stérile, à usage unique ?). En cas de prise de risque, prenez contact au plus vite avec votre médecin (idéalement dans les 4 heures) ou rapprochez vous au plus vite d’un centre de dépistage du sida. En cas de plaie vous pouvez dans l’immédiat : 1/ Laver la plaie à l’eau et au savon ; 2/ la désinfecter avec un antiseptique (alcool à 70° ou chlorhexidine à 1 à 2 % ou Polyvidone iodée à 2,5%) ; 3/ Protéger la plaie par un pansement (6)

L’allaitement maternel

Le virus étant présent dans le lait maternel, l’allaitement est fortement déconseillé en Europe (risque de contamination du bébé entre 5 et 20% si pas d’intervention). Si l’alimentation par lait artificiel est possible, elle sera privilégiée. Parlez-en à votre médecin.

Conclusion

Pour conclure, ne prenons pas de risque qui pourrait nous coûter la vie. En cas de doute, d’évènements à risque, rendez-vous dans le centre de dépistage du sida le plus proche de chez vous et consultez un médecin dans un délai de moins de 48 heures.
Avant d’avoir des rapports sexuels sans capote, faites-vous dépister, vous et votre partenaire.
SIDA INFO Services Tel : 0800 840 800 (Tous les jours, 24 heures sur 24, Anonyme, confidentiel et gratuit à partir d’un poste fixe)

Sources :

(1) Source rapport Onusida août 2008
(2) (4) Mortalité par VIH en France : tendances évolutives depuis les années 1980
Albertine Aouba (albertine.aouba@inserm.fr), Françoise Péquignot, Françoise Laurent, Jean Boileau, Gérard Pavillon, Éric Jougla
(3) Surveillance de l’infection à VIH-sida en France, 2007
(5) Françoise Cazein (f.cazein@invs.sante.fr)1, Josiane Pillonel1, Yann le Strat1, Florence Lot1, Roselyne Pinget1, Danielle David1, Marlène Leclerc1,Sophie Couturier1, Lotfi Benyelles, Sylvie Brunet2, Damien Thierry2, Francis Barin2, Caroline Semaille
(6)- VIH et Prévention. Tibotec ;Jenssen-Cilag

Louis Thibaudaud, Lysa Amalrik.
8 Mai 2009

 



 


Warning: mysql_connect() [function.mysql-connect]: Unknown MySQL server host 'mysql.axelibre.org' (1) in /homez.804/axelibre/www/param/show_post.php on line 13

Warning: mysql_select_db() expects parameter 2 to be resource, boolean given in /homez.804/axelibre/www/param/show_post.php on line 14

commentaire


LES NEWS

IMAGES ALEATOIRES

PARTENARIAT

PUB