> > Côté Jardin > @xé libre


Commenter, partager, conserver... :        Commenter     Flux RSS Envoyer Imprimer     Réduire le texte   Agrandir le texte     Partager sur Facebook   Partager sur MySpace !      


SOUFFLER LE CHAUD ET LE FROID
Interviews Nils Petter Molvaer/ Paolo Fresu


2e partie... 

Paolo Fresu

Comment vous êtes vous rencontré avec Dhafer Youssef ? 

On s'est rencontré lors d'un enregistrement du guitariste N'Guyen lee. Ce soir, c'était notre première date en tant que duo en France mais on a déjà fait une paire de dates en Italie. On a enregistré une musique pour un film qui devait être diffusé sur la Rai (chaîne publique italienne). La musique a été enregistrée en studio. Maintenant on a envie de réaliser un album avec la même philosophie que l'on propose sur scène. Un album basé sur la spontanéité et l'échange.

Comment se présente cette relation musicalement ?

Avec Dhafer on aborde chaque concert comme un voyage. Nos concerts reposent sur des compositions et surtout beaucoup d'improvisation. La qualité de la musique qui en résulte est donc variable. Quand on joue il n'y a pas vraiment de solos. On utilise beaucoup les cycles et il n'y a pas la nécessité d'atteindre un point précis. D'ailleurs, parmi les concerts auxquels j'ai assisté, ce ne sont pas ceux durant lesquels un musicien en particulier s'était distingué par sa virtuosité qui m'ont le plus marqué. Mais davantage ceux où il y avait une énergie collective. C'était notamment le cas dans les performances de Miles Davis. Il faut que l'ensemble des musiciens soit vraiment engagé. C'est une question d'équilibre entre les musiciens. 

Vous faisiez référence à Miles Davis. Que retenez-vous de l'écoute de sa musique ?

Miles ?… Le son, et la direction dans la musique. C'est quelqu'un qui a su faire évoluer sa musique. Je ne le considère pas uniquement comme un jazzman mais comme un musicien en général. Il a marqué le vingtième siècle, sans lui la musique ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui. Il a utilisé sa trompette pour s'aventurer dans de nouveaux horizons. C'est l'équivalent de Fellini pour la musique.

Cette démarche inspire fortement l'état d'esprit dans lequel vous abordez chaque performance ?

Oui, bien sûr. Quand on joue, il faut toujours qu'il y ait une part de doute. Si l'on sait trop où l'on va, l'intensité de la musique ne va pas être la même. Nous, les musiciens nous devons toujours chercher quelque chose de nouveau. Etre musicien ce n'est pas un métier.

Les exigences que vous pointez comme la cohésion et la recherche de nouveaux horizons sonores s'appliquent parfaitement à un autre trompettiste qui partage l'affiche de ce festival. Que pensez-vous de Nils Petter Molvaer ?

Molvaer a un univers très intéressant. Il est venu l'année dernière à mon festival, ses concerts sont très longs et très intenses. Cela demande au public d'adhérer à ce qu'il fait.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre festival ?

Tous les ans, depuis 1994, j'organise au mois d'août un festival à Berchidda en Sardaigne, mon petit village qui compte 3000 habitants. " Time in Jazz " est un festival orienté vers d'autres musiques et vers d'autres formes d'art comme la sculpture et la vidéo.

Y a- t-il en Italie comme c'est le cas en France une multitude de festivals de Jazz durant l'été ?

Au niveau de la quantité et de la qualité des festivals la situation est à peu près similaire.

Certains artistes regrettent le fossé entre cette multitude de festivals durant l'été et le peu de lieux pour jouer durant le reste de l'année ?

Oui, je sais. Mais par exemple dans le cas précis de mon festival, l'été on peut profiter du beau temps pour organiser des concerts en extérieur. L'hiver, ça ne serait pas possible car le village ne possède pas de salle adéquate.

Ce soir vous manipuliez votre son de trompette et utilisiez un sequencer. Est-ce une pratique récente ?

Non. En fait cela plus de 15 ans que j'utilise l'électronique. Mais, je ne m'en sers pas avec mes principaux groupes, comme Palatino. Je n'utilise cette technologie que dans le cadre de petites formations. En duo, cela permet de donner de l'ampleur au son de l'ensemble. Alors qu'en quartet ou quintet, l'espace sonore est déjà suffisamment rempli. C'est une question de choix dans la manière de remplir l'espace musical. Avant tout, l'électronique ouvre de nouvelles directions. 

Propos recueillis par Alexandre Duval

Discographie de Paolo Fresu :
Heartland ( Fresu/Wissels/Linx ) - Verve - 2001
Evening song ( Fresu/Di Castri ) - OWL Records - 2001
Sonos e memoria -ACT - 2001
Shades of Chet ( Rava/ Fresu ) - Label Bleu - 2001
Lyrisme ( Machado/Fresu/Sheppard ) - JMS - 2001
Hands flavio piras ( Fresu/Di Casti/Salis ) - Amiata - 2001
Mélos ( Fresu / Tracanna / Cipelli / Zanchi ) - RCA - 2000
Berchidda - Inovative Music Production - 1999
Metamorfosi ( Paolo Fresu Angel Quartet ) - RCA - 1999
Angel ( Paolo Fresu Quartet ) - RCA - 1998
Condaghès ( Texier/Fresu/Pellen ) - Silva Screen - 1998
Wanderlust - RCA - 1997
Mythscapes ( Favre/Fresu/Balke ) - Soul Note - 1996
Palatino ( Fresu/Romano/Benita/Ferris) - Label Bleu - 1996
Contos - 1995
Night on the city - OWL Records - 1995
Urlo ( Fresu/Di Castri ) - 1994
Ostinato (Paolo Fresu Sextet ) - 1994
Ossi di seppia ( Paolo Fresu sextet ) - 1994
Mämut ( Paolo Fresu sextet ) - 1994
Via G.T. ( Fresu/Tommaso/Urbani ) - Red Records - 1994
Quarto - 1992
Inner voices - 1992
Live in Montpellier - 1992

  Lire la 1ere partie ! np_molvaer.php

  Sommaire de la rubrique


LES NEWS

PARTENARIAT

PUB