> > Open Yür Mind > @xé libre


Commenter, partager, conserver... :        Commenter     Flux RSS Envoyer Imprimer     Réduire le texte   Agrandir le texte     Partager sur Facebook   Partager sur MySpace !      

Dimanche 14 août, notre hôte, Sébastien un ami d'Elo - un français travaillant à Sarajevo comme guide de montagnes pour l'association Green Vision - nous propose de nous emmener à une Teferic, une fête traditionnelle bosniaque. Bonne idée, nous dîmes-nous. Nous apprendrons par la suite que cette région est un des endroits favoris de Sébastien et donc un passage presque obligé, mais pour l'instant, nous avons envie de savoir pourquoi.

Réveil à 9h, une bonne tasse de bosanska kafa (café bosniaque semblable au café turc, en raison de l'occupation ottomane) et nous partons en mini Van.

 

Avant de nous rendre à cette Teferic, Sébastien nous indique que nous devons d'abord passer par Lukomir pour y prendre des habitants désireux de se rendre à la Teferic. Lukomir est le plus haut village de Bosnie, perché à plus de 1460 mètres au dessus du canyon de Rakitnica. Ce village se trouve à 1h40 en voiture au sud-ouest de Sarajevo. L'hiver, seulement 34 personnes y vivent, tandis l'été une partie des familles revient pour aider aux champs et la population augmente alors jusqu'à 60 personnes.

Seb aime particulièrement s'y rendre. L'été bien sûr mais aussi l'hiver où il aime y pratiquer le Snowboard - hors piste cela va sans dire. Il y a noué des relations assez privilégiées avec les habitants du village. Et c'est en raison de ce rapport de confiance qu'il a tissé avec eux, que nous faisons ce détour pour prendre quelques passagers désireux se rendre également aux festivités… puisqu' il n'y a que très peu de moyen de transports dans ces vallées reculées...

Première surprise. A 50 km au sud de Sarajevo, la petite route qui mène au village grimpe dans les montagnes, au milieu des pâturages, pour se transformer très rapidement en piste de terre battue slalomant entre les montagnes. Dépaysement agréable, sauf pour la suspension de notre fourgonnette. Le paysage rappelle quelque chose des hautes vallées des Alpes ou d'Écosse. Nous croisons un berger avec son minuscule troupeau et son chien qui nous course un moment. Puis plus loin un troupeau de chevaux sauvages…

Le trajet est plus long qu'il ne le semblait à la lecture de la carte. Mais après trois quarts d'heure, nous voilà enfin arrivés à Lukomir. A peine une trentaine de personnes y habite tout le long de l'année. Mais l'été, quelques membres des familles dispersées y reviennent pour aider aux travaux des champs, élevant la population à une centaine d'habitants.
Le village en lui même est une autre surprise. Il se compose simplement de maisons en pierres au toit bigarré de tuiles et de tôles tannées de rouille par la pluie. L'eau courante, électricité et autre n'ont été installés que récemment. Les toilettes sont en marge du village, surplombant le canyon qui s'ouvre majestueusement en contre bas du village. Nous y trouvons une minuscule mosquée, un cimetière musulman… et plus loin quelques tombes bogomiles. Après une première visite du village, presque désert puisque tout le monde est aux champs, nous attendons nos passagers… autour d'une autre bonne tasse de bosanska kafa. Il faut aimer le café en Bosnie… Il faut être patient aussi. Nous qui pensions être en retard, nous devons encore attendre une bonne heure que nos passagers reviennent des champs. 

Cafés, séances photos avec les premiers arrivés et conversations improvisées (Patrick ne comprend rien du Bosniaque) se succèdent en attendant que les femmes se changent et revêtent leurs costumes traditionnels… Arrive le moment du départ. Enfin. Tout le monde entre dans le mini Van. Seb démarre. Nous sortons du village… Et… On s'arrête de nouveau. Là, devant nous, à une centaine de mètre, le camion écrasé sous le poids des récoltes est bloqué au milieu du chemin. Un essieu cassé semble-t-il. Pas moyen de le contourner. Isolés comme nous le sommes, le camion risque d'être immobilisé des heures. 

Et là, nouvelle surprise… s'il faut être patient en Bosnie, les Bosniaques ont l'esprit pratique. A droite, une clôture et des pâturages qui grimpent vers les montagnes. A gauche, une clôture, et des champs qui courent vers le fond de la vallée. Au bord de cette deuxième clôture, il n'y a qu'un remblais d'une quarantaine de centimètre avant d'atteindre les champs, fort heureusement coupés. Ni une ni deux, tous le monde, hommes et femmes, descendent du Van, démontent la clôture, comble le remblais… Et hop, on contourne l'obstacle !

Bienvenue En Bosnie ;)

Elo & Pat

 

  Voir le diaporama de Lukomir
  Voir le diaporama de la Teferic
  Visiter le site d'Elo B
  Visiter Lukomir avec Green Vision
  Retour au carnet de route
  Réagir à l'article dans le forum


LES NEWS

PARTENARIAT

IMAGES ALEATOIRES

PUB